RSS

Deuxième partie – Chapitre 1 – Contrôle sur la psyché gentille (2)

LE CERVEAU HUMAIN : UNE MERVEILLE RESTREINTE À DESSEIN 

Il est préférable d’avoir lu préalablement la 1ère partie

De toutes les diverses formations que je suivis, il y en a une qui me plongea dans une profonde perplexité, il s’agit du coaching.

Je suivis cet enseignement pendant neuf mois. Les formateurs  nous présentèrent cette nouvelle méthode, qui en était encore à ses tous débuts en France, comme l’enfant de troisième génération après l’Hypnose Ericksonienne et la PNL.

L’hypnose, sur laquelle je reviendrais car elle tient une part importante sur le sujet que nous abordons maintenant, est un état de conscience modifié accessible par la transe, qui est une totale relaxation du corps afin que les sensations physiques disparaissent au profit de celles de l’esprit.

Cet état permet à la personne d’avoir accès à ses ressources inconscientes pour faciliter une guérison,  exploiter de nouvelles ressources, ou reprogrammer son cerveau.

Milton Erickson, fut un psychiatre et psychothérapeute américain très connu qui créa la méthode d’hypnose qui porte son nom. Cet homme était né avec des problèmes de santé lorsque, à l’âge de 17 ans, il fut atteint d’une forme très grave de poliomyélite qui le paralysa totalement, ne lui laissant que l’usage des yeux et de la parole.

Doté d’une volonté de fer, il sortit  petit à petit de sa paralysie en s’auto-hypnosant. Ainsi, alors qu’il était condamné par son médecin à une mort imminente, il découvrit la force de l’esprit et retrouva l’usage de ses membres. Fils de fermier, il ne put toutefois en faire son métier à cause des séquelles de sa maladie et décida donc de devenir médecin. Il devint psychiatre et psychothérapeute, mit au point sa méthode d’hypnose qui  réhabilita cette très ancienne technique mal-aimée en lui donnant des vertus thérapeutiques.

La Programmation Neuro Linguistique (PNL) quant à elle, est un ensemble de techniques, de modèles, de procédures destinés à favoriser une bonne communication entre les personnes pour obtenir de meilleures relations mais surtout de meilleurs résultats aussi bien sur le plan personnel que sur le plan professionnel.

Pour finir, le coaching est une méthode d’accompagnement personnel ou professionnel qui vise un résultat concret et mesurable dans la vie de la personne coaché qui, au départ, a une demande précise.

Ces techniques demandent d’abord un travail sur soi. Ce sont des outils de développement personnel pour soi avant d’être pour les autres, les clients. Malheureusement, ceci est de la théorie. En  pratique, pour ce que j’en ai vu, les choses sont un peu différentes et ces techniques deviennent vite des outils de manipulation de l’autre.

I – UNE HISTOIRE DE CERVEAUX 

Le cerveau humain est composé de deux hémisphères, le droit et le gauche séparés et reliés entre eux par le corps calleux, réseau de fibres nerveuses semblable à un réseau de lignes téléphoniques qui sert de pont de communication entre les deux.

Hémisphère droit et gauche - entre les deux, le corps calleux

Le cerveau gauche est le conscient que nous utilisons dans notre vie quotidienne pour prendre toutes sortes de décisions «conscientes» et logiques. Il est de nature masculine et  active.

Le cerveau droit est la partie passive, réceptive, influençable à laquelle nous pouvons accéder lorsque nous arrêtons de penser grâce à la méditation ou à l’hypnose.Le cerveau humain est organisé pour fonctionner en tant qu’unité parfaite dans toutes les circonstances de la vie. Bien que ces deux hémisphères aient des fonctions bien distinctes, nous ne pouvons fonctionner de manière optimale que si les deux cerveaux sont mobilisés en même temps. 

Tableau 1


Le problème est de développer un hémisphère plus que l’autre, ce qui déséquilibre l’ensemble.

L’hémisphère «dominant» prend le pouvoir et bloque la partie «dominée» qui ne peut plus à ce moment là assumer son rôle, sa fonction et sa participation au bien-être et à la santé du corps, et par voie de conséquence au bien-être global de la personne dans tous les domaines de sa vie.

Sous l’influence de l’éducation, de la société et des préjugés qui nous entourent, nous limitons à partir de l’âge de trois ans notre capacité à mobiliser les deux cerveaux. Et nous choisissons inconsciemment l’un ou l’autre.

Dans notre société occidentale, la plupart du temps pour ne pas dire toujours, nous optons pour le cerveau gauche, rationnel, organisé, limité qui va suivre les règles imposées. Nous laissons de côté notre côté «artiste», créatif, spontané.

Nous réfléchissons plus que nécessaire avant d’agir au point de ne plus être ni «naturel», ni «authentique», ni spontané».

Or, si nous ne fonctionnons pas avec l’entièreté de notre être, nous nous retrouvons alors dans des problèmes inextricables.

Un déséquilibre entre les cerveaux droit et gauche peut générer un manque de concentration mais aussi la difficulté à déterminer ce qui est important ou pas.

Nous pouvons recevoir des tonnes d’informations sans savoir éliminer celles qui sont sans importance. Il peut aussi y avoir une incapacité à ordonner et à retenir les caractéristiques et faits importants.

 FONCTIONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DU CERVEAU CHEZ L’ENFANT  

Entre six mois et un an, l’enfant développe sa façon de bouger. Il développe un mouvement bilatéral, c’est à dire que pour marcher ou ramper, il utilise la jambe gauche et le bras droit et vice versa. 

Dans cette manière de se déplacer, les deux hémisphères sont utilisés en même temps. Oui, parce que le cerveau droit contrôle le coté gauche du corps et le cerveau gauche, le coté droit.

Si la phase rampante de l’enfant est mal vécue ou insuffisante, il y a un risque que l’automatisation ne se fasse pas. Il ne pourra alors pas bouger en croisé automatiquement et il se développera de façon homolatérale (jambe droite, bras droit ou jambe gauche, bras gauche) et vivra des tâches en aveugle car une vue d’ensemble lui manque. 

Une personne bilatérale (qui fonctionne de manière croisée, jambe gauche, bras droit) se conduira de manière souple, libre et «intégrée» car en bougeant, elle mobilise ses deux hémisphères. 

QUAND L’ENFANT DEVIENT ADULTE  

Au fur et à mesure que l’enfant grandit, sous la pression de la société, il va progressivement perdre la capacité à mobiliser ses deux cerveaux et évoluer de manière plus homolatérale que bilatérale. A partir de là, les problèmes commencent et peuvent prendre, suivant la partie du cerveau concernée, les formes suivantes : dyslexie, difficulté à prendre la parole, «deux mains gauches» pour le travail manuel, incapacité à calculer, incapacité à créer ou à nouer des relations avec d’autres personnes, incapacité à écrire correctement, incapacité à parler de soi…

Par contre, une personne intégrée (bilatérale) va fonctionner en tant qu’unité physique, mentale et spirituelle. Et le premier pas vers cette intégration est d’être capable d’utiliser ses deux hémisphères en même temps.

Une personne intégrée est capable de canaliser son intuition, de traiter une information avec ses deux hémisphères en même temps, elle peut bouger et penser en même temps, parler et écouter en même temps, écrire et lire ce qu’elle écrit en même temps.

Elle peut s’investir de tout son être dans une tâche donnée, ne plus voir le temps passer, être hors du temps au point d’en oublier de manger, de dormir.

Tableau 2

Toutes ces techniques nous apprennent que tout ce qui se passe chez une personne commence d’abord par son  psychisme.

Le psychisme, autrement dit, le cerveau est à la base du meilleur comme du pire.

NOTRE FONCTIONNEMENT MENTAL ACTUEL 

Là où je veux en venir est,  que nous vivons une époque où le cerveau gauche est dominant, ce qui n’est pas dû au hasard comme vous vous en doutez.

Si nous avons un cerveau dominant et l’autre dominé, ce n’est pas bon du tout pour l’équilibre, la santé et la vie des personnes concernées.

Si vous relisez mon petit tableau noté 1, vous constatez aisément que c’est le cerveau droit qui est malmené. Toutes ces caractéristiques, tous ses potentiels sont plutôt mal vus et dénigrés par la société qui nous oblige à vivre dans le  rationnel, le logique, le séquentiel, le cloisonné, le matériel, le concret.

Tout est mis dans des petites boites, bien rangé, bien étiqueté.

Celui qui est dans sa petite boite (métier, spécialité etc..) devient un pro de sa petite boite mais il ne lui vient même pas l’idée d’aller voir dans la boite à côté ce qui s’y passe.

Autrement dit, il est souvent très intelligent dans son domaine mais très ignorant des autres.

Mais la société a été organisée ainsi et va récompenser celui qui suit cette règle ! 

La société ne veut pas qu’il y a ait de transversalité parce que si c’était le cas, les personnes seraient plus ouvertes d’esprit et surtout feraient les liens entre les domaines, les constats, les problèmes.

Aussi, il n’en est pas question.

Si l’on revient à notre tableau 1, on peut voir que le cerveau gauche, c’est aussi le matériel donc l’argent. En effet  progressivement, l’argent a pris de plus en plus de place jusqu’à la situation actuelle où il a pris possession de la totalité de nos vies.

On ne pense qu’argent, on ne parle que d’argent même si les raisons peuvent être différentes selon les cas.

Les uns, qui sont d’ailleurs la majorité parce qu’ils courent après l’argent pour survivre et les autres parce qu’ils courent après l’argent par avidité, pour avoir encore plus.

Le résultat est que nous sommes, tous devenus obsédés par l’argent!

Donc nous sommes très largement dominés par notre cerveau gauche et sa course incessante après le matériel.

Plus cette course s’accélère, plus nous sommes dans le cerveau gauche, plus nous sommes dominés par notre cerveau gauche, plus nous sombrons.

Ce constat a des conséquences catastrophiques bien au-delà de tout ce que vous pourriez imaginer.

Je m’explique.

Le déséquilibre entre nos deux hémisphères droit et gauche est de plus en plus marqué dans le fonctionnement de la société qui tend à être totalement orientée cerveau gauche comme si le but était de totalement «faire disparaître» le cerveau droit.

L’effacer complètement ! Oups terminé, plus de cerveau droit !

Pour que nous en soyons réduit à suivre, le doigt sur la couture, les règles imposées par la société, tels des robots ou plutôt des esclaves.

LA SPÉCIFICITÉ DU MENTAL « GENTIL »

Or curieusement tous les potentiels, les dons, les capacités, les pouvoirs psychiques, la vision globale d’une personne se développent grâce à son cerveau droit.

Tout ce qui fait la particularité d’un Gentil, tout son potentiel de génie et de création divin est logé dans son cerveau droit.

 Je ne dis pas que l’autre ne compte pas, je dis simplement que ses dons divins sont dans le cerveau droit et ne peuvent être développés que par le cerveau droit.

Le cerveau gauche, gérant si je puis dire, le petit quotidien, indispensable au demeurant mais limité. En effet, ce n’est aucunement péjoratif, c’est tout simplement que l’hémisphère gauche n’a pas accès aux dimensions supérieures comme l’hémisphère droit. 

Je répète, toute la créativité, tous les dons, tous les pouvoirs psychiques des Gentils ne peuvent être développés que grâce à leur cerveau droit.

LE FONCTIONNEMENT DU MENTAL JUIF

Il est nécessaire à ce moment de mon exposé-témoignage de pointer du doigt, la différence fondamentale de mental entre un Juif et un Gentil que j’ai moi-même expérimenté. Les Juifs ont un cerveau gauche très développé,le siège de leur fameuse intelligence que l’on mesure en QI et par contre, un cerveau droit peu développé et surtout qui ne peut l’être que jusqu’à un certain point, bien en deçà de celui des Gentils.

Ceci, à dessein.

Cette différence de fonctionnement mental, que l’on peut également appeler mentalité bien que le terme soit réducteur du problème, fait que Juifs et Gentils ne peuvent se comprendre même s’ils parlent la même langue !

La définition qu’ils ont des mots, leur compréhension et les concepts qui leur sont sous-jacents sont profondément discordants, diamétralement opposés. C’est une des raisons pour lesquelles, on assiste très souvent à des dialogues de sourds. Leur conception mentale est structurellement distincte. Nous verrons tout ceci au fur et à mesure.

 

LA STRATÉGIE COMMANDO 

Aussi lorsque les Juifs ont pris le pouvoir, ils ont progressivement érigé une société basée sur leur fonctionnement mental, donc orientée cerveau gauche avec toutes ces caractéristiques.

Ce qui paraît logique puisque on ne peut organiser les choses qu’en rapport de ce que l’on est, et de comment l’on fonctionne !

Faisant cela, ils ont graduellement contraint les Gentils  à ne fonctionner que sur le cerveau gauche, plus limité comme nous l’avons vu ci-dessus et surtout qui n’est pas leur point fort à l’inverse des Juifs.

Aussi petit à petit, les Gentils ont perdu contact avec leur cerveau droit, leur génie et surtout leurs pouvoirs psychiques et occultes, et leur(s) Dieu(x). Ainsi, n’utilisant plus la partie la plus essentielle de leur cerveau, elle s’est atrophiée à l’image d’un muscle dont on ne se servirait plus et par conséquent, a débuté leur dégénérescence.

Ce qui était le but déclaré des Juifs.

Avant de continuer, je souhaite préciser que chaque cerveau a sa propre intelligence mais évidemment, elles ne sont pas de même nature  !

Ce qui a pour conséquence, que les Juifs ont une  intelligence réelle mais d’autant plus visible que la société est organisée par eux, donc on peut dire, pour eux, sur leur modèle, celui du cerveau gauche tandis que l’intelligence gentille est liée aux potentiels et caractéristiques de son cerveau droit.

Donc pour résumer et en conclusion déjà des points que nous venons de voir.

De par l’organisation de la société sur le modèle du cerveau gauche juif, les Gentils ont été grandement pénalisés.

Ne serait-ce que par les capacités et facilités de langage, les facultés d’analyse, la dialectique et la force de conviction que presque TOUS les Juifs possèdent qui a pour conséquence « d’impressionner » les Gentils.

La plupart du temps, les Gentils « stupéfaits » par ces qualités, que eux ne possèdent pas, sont intimidés et par conséquent « sous influence ».

D’autant que pour rajouter au décalage et au désastre, n’ayons pas peur des mots, leur conscience, la gestion de leurs émotions, la réceptivité sont situées dans leur cerveau droit qui est plus manipulable parce que de nature réceptive.

De surcroît, les Juifs font souvent de longues études et/ou passent beaucoup de temps à étudier ce qui fait qu’en plus de la forme, ils acquièrent de nombreuses connaissances qui leur donnent un « contenu » qui favorise encore davantage le fait que les Gentils soient « bluffés ».

Je sais que cela peut paraître un peu complexe mais je vais tenter de l’expliquer et de l’illustrer le plus clairement possible en faisant les liens dans tous les domaines.

A partir du moment où l’on considère que les Juifs sont sur Terre depuis environ 3600 ans pour remplir une mission précise qui est de détruire la race humaine qui comme nous l’avons vu était dans sa totalité Gentille/paiënne, il était nécessaire qu’ils débarquent équipés.

C’est bien ce qu’il s’est passé. Ils sont arrivés briefésarmés  et programmés pour mener à bien leur tâche.

Parce que justement le potentiel du génie divin Gentil était  le problème, c’était à lui qu’il fallait s’attaquer.

Et s’y attaquer comment?

En lui imposant un ennemi dont le fonctionnement était à l’opposé du sien.

Logique !

Et malheureusement réalité criante !

Donc les Juifs ont été « conçus » de manière à détruire le cerveau droit des Gentils. La première étape consistait à les convertir religieusement afin qu’ils soient DÉFINITIVEMENT coupés de leur accès naturel et spontané aux dimensions supérieures et à leur(s) Dieu(x) et qu’ils soient tirés vers le bas.

C’est le pourquoi des religions monothéistes qui ont créées précisément pour remplir ce rôle.

Avec comme base le Judaïsme .La religion juive est en effet le fondement des religions chrétienne et musulmane.

Je répète donc qu’elles n’ont rien de spirituel et sont simplement des outils politiques d’assujettissement des consciences et des corps Gentils. Outil dont la substance, le matériel volé (histoires, personnages, dieux des Gentils) fut corrompu, falsifié et rhabillé à la mode juive.

Les Gentils ont été créés afin d’avoir la capacité de devenir des dieux.

Ce sont donc des dieux en devenir, encore pour l’instant !

Non, non je ne plaisante pas du tout puisque malheureusement si nous en sommes là, c’est bien à cause de cela. Je vous demande de vous référer au chapitre création de l’humanité pour éviter trop de digressions dans une histoire déjà très compliquée qui me ferait perdre le fil de ce que je suis en train d’expliquer.

Cette capacité n’est accessible que par le cerveau droit. 

Le dieu créateur des Gentils a créé des êtres, la race humaine, à son image et à sa ressemblance pas seulement physique mais également spirituelle, leur faisant don d’une âme, d’une conscience et d’un ADN qui pouvaient les amener à devenir des dieux à part entière, s’ils travaillaient  à développer ce potentiel.

Ce que les Gentils commencèrent à faire lorsqu’ils vivaient avec leurs Dieux.

Ce potentiel divin réside dans le cerveau droit parce que les Dieux, eux-mêmes ont un cerveau droit très puissant.

En fait, leurs pouvoirs résident dans cet hémisphère qu’ils utilisent à 100% puisque, à l’inverse des humains, ils n’ont pas à gérer de « petit quotidien matériel » qui ne fait pas partie de leur monde.

A l’époque les Dieux vivaient sur Terre au milieu des humains, les éduquaient, les enseignaient.

C’est la raison des grandes anciennes civilisations comme notamment, l’Inde Ancienne, l’Amérique du Sud,  l’Egypte Ancienne dont on a beaucoup de difficultés à expliquer les réalisations, encore de nos jours.

Les humains vivaient donc heureux auprès de ces dieux bienveillants qu’ils révéraient profondément.

Lorsque les Juifs sont arrivés sur Terre, ils savaient que pour détruire les Gentils, il fallait d’abord les séparer de leurs Dieux afin de détruire leur relation en plus de leur potentiel spirituel.

Il était nécessaire de séparer le Dieu Créateur de sa création, autrement  dit le Père de ses enfants.

Je ne rentre pas ici sur les circonstances qui ont amenées cette situation car elle est traitée dans d’autres chapitres à venir. 

Les Juifs firent donc une opération commando en territoire ennemi (le cerveau droit des Gentils) pour récupérer leur potentiel spirituel et le ramener dans le giron juif. 

Ce raid fut mené via la création de la religion chrétienne et surtout via une très puissante magie noire kabbalistique, qui depuis n’a jamais cessé d’être « entretenue » puisque les Juifs religieux et les rabbins passent leur journée à réciter des malédictions contre les Gentils même si entre temps, ils sont devenus Chrétiens.  

Opération commando sur le cerveau Gentil/païen/humain

 

La grande perversité fut de créer une religion, le Christianisme, qui récupérait tous les ingrédients de leur histoire terrestre avec leurs Dieux et qui donc résonnait  dans leur inconscient comme quelque chose de connu.

Il est important de préciser pour ceux qui n’en sont pas encore conscients que les Juifs sont des individus profondément pervers, tordus et cruels à l’image de leur dieu tandis que les Gentils sont, au départ, « purs » et « intègres » à l’image aussi de leur dieu.

Les qualités et vertus de ces derniers sont devenues des handicaps et même des défauts entre les mains sans conscience des Juifs.

Le pire étant la naïveté, en face de la fourberie des Juifs. Autrement dit, les Gentils n’étaient ni équipés ni prêts pour se retrouver face à de tels individus.      

Néanmoins, cette incursion en territoire ennemi afin de prendre le contrôle du cerveau droit gentil ne se passa pas si facilement car les païens de l’époque, évolués, comprenaient ce qui était en train de se produire et résistèrent autant que possible.

Mais malheureusement ils se firent massacrés.

Leurs attaquants confisquèrent la Connaissance qui leur avait été donnée par leurs Dieux.

Les Juifs l’étudièrent afin d’une part de mieux connaître ceux qu’ils avaient à détruire et d’autre part, de la récupérer pour eux contre les Gentils.

Ils volèrent donc ce qui appartenait aux Gentils, et de nouveau l’arrangèrent à la mode juive pour, notamment, en revendiquer la paternité.

Cette connaissance est, en grande partie, la kabbale qui n’est autre qu’une puissante magie de protection pour les Juifs, de malédiction pour les non-Juifs.

Le problème est que toute cette organisation politico-religieuse (bible, religions…) donne l’illusion que rien d’important n’a jamais existé avant les Juifs et qu’eux seuls ont apporté une vraie valeur ajoutée à la civilisation humaine qui n’était que hordes de barbares et sauvages avant l’arrivée du peuple élu. 

Ce qui naturellement est FAUX et encore une fois, le contraire de la réalité. 

Les Juifs sont arrivés sur Terre, ont tout volé puisque n’ayant aucun historique à porter à leur crédit, il fallait bien qu’ils s’en inventent, s’en sont déclaré les fondateurs et donc les propriétaires et, surtout ont mis tout en oeuvre pour EFFACER tout ce qui avait existé avant, autrement dit toute l’histoire vécue des Gentils.       

EFFACER LA MÉMOIRE DES GENTILS

Ce point est capital.

LES JUIFS S’EMPLOIENT DEPUIS PLUS DEUX MILLE ANS À EFFACER LA MÉMOIRE DES GENTILS COMME A EFFACER TOUTE TRACE DÉRANGEANTE DE LEUR PASSÉ QUI DÉMONTRERAIT ET DÉNONCERAIT L’IMPOSTURE.

Une des grandes différences entre les Juifs et les Gentils, comme je l’ai déjà évoqué est que les premiers ont un projet de race tandis que les seconds ont, au plus, un projet familial.

Et encore une fois, il y a une certaine logique à tout cela.

Considérant que les Juifs sont arrivés sur terre non pas « naturellement » mais en mission, une mission qu’ils savaient durer plusieurs milliers d’années, il était essentiel de rester « focalisés  » sur le but pour éviter toute « dispersion ». Ce fut  un des principaux objectifs que se fixait la religion qui, par ses règles draconiennes, favorisa grandement le passage de « témoin » d’une génération à l’autre.

Nous sommes avec les Juifs sur un problème de race et de mission. Par conséquent, tous les Juifs connaissent leur « histoire » qui fait partie de notre éducation mémorielle et savent qu’aujourd’hui est la conséquence d’hier en même temps qu’il prépare demain.

Autrement dit, les Juifs vivent au quotidien avec la totalité de leur histoire présente et bien vivante dans leur esprit et c’est dans cette optique-là que leur rôle de victime professionnel prend toute son ampleur et importance.    

Ce n’est pas du tout le cas des Gentils dans leur grande majorité. 

Tout d’abord étant donné qu’ils ont été créés de manière « naturelle », autrement dit, qu’ils ne sont pas en mission sur Terre mais chez eux, que de surcroît, ils étaient « seuls » en tant que race, la race humaine, vivant avec leurs Dieux, ils n’ont jamais eu besoin de se focaliser d’une manière pathologique sur le problème de race. 

Si on ajoute à cela que les Juifs ont travaillé dès le départ à effacer leur mémoire, via cette magie noire d’une part, et d’autre part, via les enseignements christiques qui visaient leur reprogrammation, le résultat est que pour les Gentils, c’est aujourd’hui qui compte ! 

Le reste, « c’est de l’histoire ancienne », « c’est vieux », « ça fait longtemps », « c’est fini ».    

Ils sont dans le fameux « ici et maintenant » qui est une réalité mais pas ici-bas dans notre dimension vibratoire trop lourde, trop dense d’espace-temps linéaire. 

Donc les Gentils n’ont pour la plupart que faire d’hier et de leur histoire ! Ils vivent dans le présent.   

Ce qui a des conséquences dramatiques car ils ne cherchent pas à comprendre, à étudier, à rechercher le pourquoi du comment et sont à ce moment-là des proies faciles à qui l’on peut raconter n’importe quoi. Ce que les Juifs font jusqu’à plus soif. 

Aussi petit à petit l’air de rien, ces derniers modifient l’histoire de véridique en inventée et au fur et à mesure qu’ils avancent, ils détruisent ce qui était là AVANT et qui est pourtant la VÉRITABLE HISTOIRE. 

Avec les Juifs, nous sommes sur le registre: « Nous inventons la vérité dont nous avons besoin, le reste n’existe pas! Nous sommes la Vérité et la Réalité ! » et comme très peu nombreux sont ceux qui osent les défier sur ce terrain, ils ont le champ libre !

C’est aussi certainement une des raisons qui font que malgré une excellente analyse de bien des Gentils, aucun ou presque n’ose remettre en cause la barrière biblique. Ils restent bien sagement parqués dans l’enclos de la bible, autrement dit dans le piège religieux conçu par les Juifs.

Donc c’est lavage de cerveau à tous les étages et à tous les services, avec en priorité : religion et histoire mais ne vous inquiétez pas, tout le reste suit.

Il y en a qui n’ont pas fini de tomber de haut !

LE CERVEAU GLOBAL JUIF OU LE MODÈLE ABSOLU

Si vous regardez mon dessin sur l’opération commando, vous observez que le cerveau gentil a été absorbé dans le cerveau global juif.

C’est une réalité qui explique que nombre d’entre vous ressentent vivre dans cette fameuse matrice dont traite le film  Matrix.

En fait le cinéma juif hollywoodien nous donne de très nombreuses informations sur la réalité manipulée de notre société, sur l’histoire humaine depuis que les Juifs ont envahi la terre, sur les conditions dans lesquelles cela a été fait et pour finir sur l’avenir des humains.

En précisant au passage, que tous les films de science-fiction sont plus proches de la réalité vraie, cette fois-ci que de la fiction.

Donc pour revenir à notre cerveau global, nous sommes effectivement sur le registre du MODÈLE ABSOLU, LE PRINCIPE D’UNITÉ qui va ensuite se décliner sur tous les modes et dans tous les domaines pour se joindre et se rejoindre sous la même bannière, le Dieu des Juifs ou le dieu aux cent pseudonymes  !

Le cerveau Gentil (bleu) a été absorbée en totalité dans la matrice juive (orange) dont la magie kabbalistique est à la base

La conversion des Gentils au programme religieux des Juifs était donc une priorité essentielle pour la suite des opérations.

Il était vital qu’ils se fassent absorber dans la matrice juive.

En d’autres termes, en adoptant le Christianisme, les païens firent beaucoup plus que de sortir du polythéisme, ils furent dépossédés de leur héritage divin, passèrent sous contrôle juif psychologiquement, mentalement, spirituellement, physiquement et commencèrent dès lors une descente aux enfers qui allait les mener au point au nous en sommes.

Bien sûr, ils ne firent pas ce choix de gaité de coeur, ils y furent contraint. C’était ça où la mort.

Mais dès ce moment, débuta leur régression et leur dégénérescence via, notamment  les  enseignements christiques, qui furent le premier empoisonnement psychique qui eut pour effet de les désarmer totalement,  sexuellement et psychologiquement.

Comme vous pouvez le voir sur mon petit dessin ci-dessus, le cerveau gauche juif gagna du terrain jusqu’à envahir la totalité du cerveau, donc hémisphères gauche et droit, et le cerveau gentil fut accaparé en totalité dans ce processus.

Il en résulte que nombre de Gentils se sentent comme enfermés dans une gangue, ce qui est une réalité puisqu’ils ont été cernés par les Juifs sur tous les plans : physique, mental et spirituel.

Le système juif fut organisé concrètement et magiquement comme un énorme cerveau que l’on programme et les Juifs sont depuis leur création et leur arrivée sur terre  « connectés » en permanence à ce programme sur les buts essentiels de  la mission, à savoir l’extermination des Gentils.

Je sais que ça fait un peu science-fiction, cinéma hollywoodien et « elle a beaucoup d’imagination » mais c’est bien là l’intention des Juifs que tout cela ne fasse pas réel tellement c’est gros.

C’est la raison pour laquelle je vous ai dit, d’emblée, qu’il était nécessaire que vous ayez l’esprit ouvert et aussi que vous écoutiez vos ressentis et non pas votre raisonnement mental (cerveau gauche) mais plutôt votre intuition, celle qui vient du corps (cerveau droit).

Bref, je continue.

Ceux qui ont fait une étude sur les Juifs ont pu constater tous les dénominateurs communs du discours juif aux quatre coins de la planète, notamment sous des apparences, « nous sommes des hommes de bien, des humanistes, des philanthropes »!

En fait ces vocations d’humanisme et de philanthropie ont le gros avantage de façonner la société selon leurs objectifs  sous des motifs fallacieux et à coup de milliards de dollars exonérés d’impôts via leurs diverses fondations.

Il y a aussi ceux qui sont de plus en plus nombreux à se positionner sans complexe en tant que Juif, à l’image du Juif d’affirmation de BHL (Bernard- Henri Lévy) ou encore Eric Zemmour qui tout en jouant celui qui défend les positions des Gentils Français déclare comme ça, l’air de rien, qu’il est d’abord et avant tout Juif !

Tous ces constats sont à mettre au crédit du compte de cette fameuse unité centrale appelée selon les uns ou les autres : CERVEAU (global), MODÈLE ABSOLU, DIEU, UNIVERSEL….j’en passe et des meilleures. Ils roulent tous pour le même patron si je puis dire!

Je vous invite à regarder ces quelques secondes de vidéo qui même si elles ne correspondent pas tout à fait sur notre sujet du cerveau sont tout de même très intéressantes à plus d’un égard.

Pour ceux qui ne comprennent pas l’anglais, je traduis ci dessous la pensée judaïque de ce grand écrivain !

 

« La chose qui rend le Judaïsme dangereux pour chaque personne, pour chaque race, pour chaque nation, pour chaque idée, est que nous brisons les choses qui ne sont pas vraies : nous ne croyons pas aux frontières des nations, nous ne croyons pas à l’idée de ces dieux individuels qui protègent des groupes d’individus, ce sont des constructions artificielles ……nous sommes une force corrosive, nous détruisons les faux dieux de toutes les nations parce qu’ils ne sont pas réels… »        

C’est clair: les Juifs sont une force corrosive qui commença par dissoudre, dissocier, détruire… le cerveau gentil.

Voyez la force de conviction qui anime ce Juif, voilà comment sont TOUS les Juifs, chacun avec leur personnalité.

Pour corroborer à nouveau ce concept de cerveau global, d’ordinateur central, Dominique Aubier qui est immergée dans la kabbale jusqu’à s’y noyer, nous révèle dans chacune de ses vidéos des petits bouts de cette réalité. Si vous les écoutez, il y en a notamment une qui se nomme « Kadhafi, Tsunami – Qui fait quoi et où ? » qui nous explique via des événements le concept du modèle absolu en relation avec le cerveau, ses deux hémisphères et l’influx nerveux allant de l’un à l’autre.

Ce dernier point est capital car il faut comprendre que l’influx nerveux est le support, le véhicule si vous voulez, de tout ce qui va être fait en magie. Donc, c’est une clé de compréhension importante.

Les Gentils ont été conçus comme une unité parfaite holistique aussi dès qu’ils ne furent plus en capacité de vivre selon leur nature, d’utiliser leur cerveau droit comme ils le faisaient, toutes sortes de problèmes apparurent. Le corps humain étant une entité intègre, indivisible, si un organe, un muscle ou quoi que ce soit d’autre ne peut fonctionner normalement, cela a des conséquences sur d’autres parties du corps et ainsi de suite tout se déséquilibre, un peu à l’image de l’effet domino.

Aussi avec le fonctionnement d’un cerveau désormais déséquilibré auquel on ajoute tout un système d’enseignements religieux basés sur les notions de péchés, de pureté et d’impureté, une histoire abîmée, et une propagande constante via tous les moyens religieux et autres, visant l’auto-dévalorisation, le mental des Gentils fut lourdement affecté  et leur corps également.

La sexualité, désormais frustrée, fut un facteur très important de déséquilibre.

D’autant que dans sa conception humaine, la sexualité tient une place essentielle qui était au centre de leur vie lorsque les Gentils vivaient avec leurs Dieux.

Mais je précise de suite, pas une sexualité telle qu’on la comprend de nos jours.

Ce fut donc LE domaine visé en priorité par les Juifs avec celui de l’esprit. 

Le corps étant un système interdépendant, la frustration et la culpabilité sexuelles eurent des effets dévastateurs, dont on peut actuellement mesurer les effets et encore que pour ce dont nous entendons parler.

Toute énergie refoulée n’ a pas d’autre choix que de se frayer un autre chemin puisqu’elle ne peut plus passer là où elle avait l’habitude.

C’est à l’image d’un conduit qui serait bouché alors qu’arrive une énorme quantité d’eau ; la pression que produit cette quantité d’eau si elle ne peut pas passer par le tuyau va devoir trouver un autre chemin, elle n’a pas le choix mais ses autres voies n’étant pas le circuit naturel, vont  nécessairement faire des dégâts.

Or nous verrons que les « enseignements subis » ou lavages de cerveau ont des but précis; ils génèrent des croyances qui ont la capacité de modeler la vie à l’image de celui qui a la croyance, ce qui va aussi s’inscrire dans son corps et va donc provoquer des blocages et toutes sortes de problématiques.

Et le but était bien de bloquer les corps autant que les esprits afin qu’ils ne puissent jamais retrouver le chemin de leur héritage divin.

PSYCHIATRES, PSYCHOLOGUES, BEHAVIORISTES ET CIE

C’est la raison pour laquelle, après le programme religion et le lavage de cerveau qui alla de pair, les Juifs prirent  en main toutes les professions liés à l’esprit, au mental, au psychisme humain pour tenter de finir de régler leur compte aux Gentils.

Ils devinrent psychologues, psychiatres, behavioristes et décrétèrent les maladies mentales.

Ayant auparavant castré la sexualité via la religion, ils savaient que nécessairement il s’ensuivrait des troubles. En effet, l’unité corps, âme et esprit est une réalité comme nous l’avons vu précédemment qui est la seule manière de traiter  la maladie. Toute énergie frustrée sexuellement parlant va devoir trouver une autre voie pour s’exprimer.

Et comme par hasard, le sexe et l’esprit sont à la base de toute la santé humaine gérées par le premier et le septième chakra.

Donc les Juifs prirent en main le domaine médical à l’image du reste et mirent en place la fameuse médecine allopathique, de plus en plus dénoncée et contestée pour ses effets dévastateurs sur la santé humaine puisque à l’image du cerveau gauche, elle sépare tout, cloisonne tout. Aussi le problème « réglé » à gauche déclenche bien souvent un problème encore plus grave à droite.

Mais bon maintenant que vous commencez à être sérieusement au fait de la situation, il n’y a rien d’étonnant, nous sommes dans la droite ligne de : détruire, détruire à tout prix tandis que l’on prône le contraire.

Bref le résultat fut que la médecine du 20ème siècle s’installa bien confortablement et avec elle, les médecins, et leurs spécialités, les nouvelles règles ou lois médicales, l’industrie pharmaceutique et bien sûr, le contrôle en amont sur l’enseignement, autrement dit sur les études de médecine.

Tout ce panel contrôlé par les Juifs avec en tête de liste la famille Rockefeller, polyvalente et en supervision de la stratégie totale.

De plus en plus de personnes « consultèrent » puisque simultanément la pression de la vie augmentait sollicitant de plus en plus les ressources nerveuses des Gentils.

Et ils furent plus nombreux à se retrouver pris en main parce que, ayant de graves problèmes psychologiques.

Devant cette ampleur, même les généralistes commencèrent à prescrire calmants, anti-dépresseurs et toute la panoplie  des médicaments qui agissent sur le cerveau et le système nerveux central.

Et l’on commença à répertorier tous les problèmes psychologiques qui furent définis de manière aléatoire et surtout non fondées sur des examens, comme analyse de sang par exemple. Pour la simple raison, qu’un problème psychologique ne se mesure pas concrètement, il fait partie du non mesurable.

Autrement dit, on peut dire n’importe quoi sur n’importe quel symptôme concernant l’esprit et le déclarer une vérité, pire, un dogme !

Voilà donc une autoroute toute tracée pour détruire ce qui reste du génie et de l’héritage divin dans les cerveaux Gentils tout en s’en mettant plein les poches. 

Il était ensuite d’une simplicité enfantine de dresser une liste de « pathologies mentales » d’y associer, une médication qui détériorerait un peu plus le cerveau humain et voilà où nous en sommes.   

Dans son livre Drug-Induced Dementia: A Perfect Crime, (La démence induite par les médicaments) la psychiatre Grace E.Jackson ayant notamment travaillé en milieu carcéral mais aussi Médecin-psychiatre Officier de la Navy  présente une analyse méthodique inattaquable de preuves scientifiques et épidémiologiques qui prouvent que tous les médicaments sensés soigner les troubles psychologiques sont au contraire responsables de lésions cérébrales et de morts prématurées.   

Elle met notamment en évidence : 

– le lien causal entre la prise de psychotiques et la maladie d’Alzheimer

– le lien probant entre les stimulants (médicaments pour les TDAH (trouble du déficit de l’attention/hyperactivité)) et le rétrécissement du cerveau 

– elle traite des preuves scientifiques qui démontrent que les antidépresseurs abîment l’hippocampe, siège fondamental  de l’information et de la mémoire dans le cerveau  

– la preuve que les stabilisateurs d’humeur sont des agents neurodégénératifs plutôt que neuroprotecteurs  

– les raisons pour lesquelles les traitements médicamenteux existants sont particulièrement dangereux pour les victimes de traumatisme crânien comme par exemple, les soldats atteints de ces traumatismes. 

Voilà, encore et toujours, il n’y a jamais de hasard en rien et surtout lorsque l’on voit se propager des épidémies en tout genre à une époque où cela devrait faire longtemps que nous avons dépassé ce type de problèmes. Rien de ce que nous vivons n’est normal, tout a été fabriqué, conçu et réalisé pour que nous en soyons là.

C’est aussi pour beaucoup un processus de mort lente inqualifiable par sa cruauté et la souffrance qu’elle génère.

C’est de la pure torture !

Une ex-visiteuse médicale américaine quitta son travail pourtant très lucratif aux prises avec son niveau de  conscience qui était devenu incompatible avec ce qu’on lui demandait de faire et de dire. Elle nous explique dans ses vidéos qu’elle devait donner des informations erronées  désinformer, concernant notamment les conséquences de la prise de telles drogues.

Depuis, elle se bat pour informer les gens, le plus de monde possible sur les buts cachés des médicaments et des laboratoires pharmaceutiques, qui il faut le dire, travaillent plus à notre mort, qu’à nous garder en vie et en bonne santé.

Elle s’appelle Gwen Olsen a écrit un livre et fait de nombreuses vidéos que vous pouvez voir en anglais bien sûr sur son site http://www.gwenolsen.com/

Elle dédie son travail à sa nièce qui se fit brûler vive en 2004 après avoir été droguée par des antidépresseurs dont elle ne put se sevrer et fut poussée comme bien d’autres au suicide.

Puisque ces drogues ont pour but de créer une sévère addiction chez celui qui les prend en plus de le diminuer non seulement psychologiquement mais physiquement.

Gwen Olsen nous explique combien il est extrêmement  dangereux d’arrêter brutalement un traitement d’antidépresseurs ou de tout autre médication prescrite pour des troubles et problèmes psychologiques ou nerveux parce que ces drogues ont modifié la chimie du cerveau et que les stopper brusquement peut avoir des conséquences encore plus dévastatrices que lorsque la personne est sous l’effet de ces drogues, comme par exemple, se suicider.

Elle nous révèle aussi que toute personne qui entre dans une institution psychiatrique subit des traitements qui vont totalement la détruire puisqu’à ce moment-là, on lui fait absorber toutes sortes de drogues sans que quiconque de l’extérieur puisse savoir de quoi il s’agit.

Elle nous dit aussi que certains psychiatres sont malhonnêtes car ils savent que prescrire ces drogues ne résoudra non seulement aucun problème mais causera des lésions cérébrales irréversibles sur la personne qui suit le traitement.

Il est important de considérer aussi que de mettre le plus de personnes possibles sous calmants a l’énorme avantage d’avoir des personnes passives totalement incapables de discerner ce qu’il se passe et donc de représenter un danger pour l’avancement de la stratégie. Il était donc crucial d’adopter cette tactique au cours du 20ème siècle qui   préparait la grande finale que nous avons tout juste commencé à vivre en ce 21ème siècle.

Gwen Olsen nous explique comment en tant que représentante, elle a été formée en marketing à promouvoir les médicaments auprès des médecins de manière à adapter son discours à la personnalité du médecin et à adroitement éviter les questions délicates.

Egalement lorsqu’elle faisait des remontées auprès de sa direction des inquiétudes de certains médecins, cela avait pour effet de modifier la plaquette de présentation des drogues concernées et qu’à ce moment-là entrait en jeu toute une sémantique pour cacher la réalité.

Et nous verrons que la FDA  (Food and Drug Administration) qui a pour vocation de protéger les citoyens, les précipite au contraire plus vite dans la maladie et la mort !

Je mets toute une série de vidéos en anglais. Etant donné qu’elles sont d’une importance cruciale, si l’un de mes lecteurs qui parle l’anglais voulait bien les traduire afin de les diffuser pour le plus de monde possible de langue française, c’est avec grand plaisir que je l’y encourage et même le demande.

Merci d’avance.

Gwen Olsen nous explique que les enfants, encore une fois sont la cible parce que lorsque l’on les met sous anti-dépresseurs ou sous tout autre médication pour des troubles de comportement, ils deviennent des clients à vie pour l’industrie pharmaceutique puisqu’il est difficile de se sortir de cet enfer mis à part se faire aider par des médecines douces ou alternatives.

Ce  sont nos enfants, vos enfants, petits-enfants qui sont concernés. Nous devons tous agir à notre niveau, aussi petit soit-il, pour contribuer à dénoncer la vérité et sortir tous les  enfants de cet enfer qui est fait pour les détruire!

Détruire les nouvelles générations de Gentils !

GENTILS, VOUS DEVEZ VOUS RÉVEILLER ET FAIRE FACE À LA TERRIBLE VÉRITÉ AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD ! 

IL EN EST DE VOTRE RESPONSABILITÉ EN TANT QU’ENFANTS, PARENTS, MARIS, FEMMES OU AMIS ET TOUT SIMPLEMENT EN TANT QUE RACE, VOTRE RACE, LA RACE HUMAINE QUI FUT CRÉÉE PAR UN DES PLUS GRANDS DIEUX, UN DIEU COSMIQUE PROFONDÉMENT BIENVEILLANT ET AIMANT DE CES ENFANTS, VOUS !

Sachez aussi qu’en tant que Juive découvrant toute cette horreur, il était de mon devoir de faire ce travail et de regrouper ce qui a été si adroitement cloisonné afin que vous ayez une vue d’ensemble, une vue globale de tout ce qui a été mis en place contre vous.

Je me rends compte aujourd’hui plus que jamais pourquoi j’ai rencontré autant de problèmes dans ma puissante famille parce que je n’adhérais pas à leurs vues et leurs idées !

Tout simplement parce que je suis moitié Juive moitié Gentille et pour moi visiblement ma part d’ADN gentil a pris le pas sur la part juive, pourtant ashkénaze qui est le noyau dur chez les Juifs. Ce qui vous donne aussi une idée de la puissance de l’ADN qui vibre en vous, Gentils, alors si vous l’activez en l’honneur de votre race et surtout de votre Véritable Créateur, tout est encore possible.

Dana Golstein

© Tous droits réservés pour tous pays

2011 – 2012  

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 11 février 2012 dans Deuxième Partie, Mon Livre

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Première partie – Chapitre 21 – Originaux de la Jewish Encyclopedia

Voici donc les documents originaux utilisés dans mes différents chapitres concernant la religion puisque ce fut la base essentielle de la stratégie juive pour soumettre les Gentils.

Les textes originaux sont en anglais et ont été traduits dans lesdits chapitres.

The excerpts below are part of the original text from the Jewish Encyclopedia about the strategy that was concocted by Jews in order to submit the Gentile people.

CHRISTIANITY IN ITS RELATION TO JUDAISM

GENTILE

CONVERSION TO CHRISTIANITY

NEW TESTAMENT 

 
 

Étiquettes :

Actu – Tuer les Goyim

Non seulement il est permis de tuer les Goyim mais c’est bien la seule raison d’être des juifs sur cette planète. 

Et à ce jour, les preuves se comptent par milliers. Ce n’est pas quelques paroles de Netanyahu ici ou de l’ADL, là-bas qui y changeront quelque chose. 

Il faut bien qu’ils fassent semblant de donner le change. 

Les meurtres rituels de Goyim sont aussi une pratique des rabbins qui ont juré à leur dieu de haine Yahvé-Jehovah d ‘exterminer tous les Goyim de la planète. Ils iront jusqu’au bout et n’auront de cesse que de vous tuer un à un s’il le faut.  

Vous n’avez qu’à regarder autour de vous pour réaliser qui contrôle ce monde pourri. 

Encore une fois je le dis avec toute ma force, ma colère aussi : VOUS, GOYIM, ÊTES BIEN TROP NAÏFS, PAS ASSEZ POURRIS, PAS ASSEZ TORDUS NI PERVERS POUR SAISIR TOUTE L’HORREUR DE L’ESPRIT JUIF ET SURTOUT DE LEURS STRATÉGIES. 

Même lorsque vous faites un bon et juste début d »analyse, vous n’arrivez pas à aller suffisamment loin dans la perversité au moment où les choses se retournent encore, s’inversent encore, dévient encore… Vous concluez trop vite alors que la stratégie juive, elle, continue encore et toujours, chamboulant, retournant, tourneboulant les paramètres afin que vous n’y compreniez plus rien. 

Aussi dans votre analyse sur la religion, la politique etc… il vous manque toujours cet esprit tordu et cruel qui vous empêche d’arriver à la bonne conclusion. 

J’ai déjà décortiqué certaines de ces stratégies mais j’y reviendrai notamment sur la politique en cette veille d’élections.

Encore une fois !! Vous êtes AU DÉPART trop loyaux, droits et intègres pour concevoir pareille stratégie des plus viles et monstrueuses. 

Et même si certains Goyim serviles sont devenus pires que les juifs, oui sur certains points concernant notamment l’avidité du pouvoir et de l’argent mais non en ce qui concerne leur esprit.   

Je comprends que cela soit très difficile à capter.  

Moi-même j’ai eu quelque difficultés avec ça. 

C’est pourquoi j’y reviens régulièrement et sur des choses aussi banales qu’importantes afin d’essayer de vous montrer toujours un peu plus comment ça marche, comment ils fonctionnent.  

La seule chose qui soit saine aujourd’hui, au vu de la situation mondiale, est d’ACCEPTER DE REVOIR TOUTES VOS CERTITUDES SUR LESQUELLES VOUS VOUS ACCROCHEZ COMME ON SE RACCROCHE AUX BRANCHES…

Malheureusement cela ne change pas ce qui est, et surtout NE CHANGE PAS TOUT CE QUI A ÉTÉ FAIT.         

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Actu – David Cole, le juif révisionniste

Le lien de cette vidéo m’a été envoyée à l’instant par Marc un de mes lecteurs que je remercie. Comme je remercie tous ceux qui m’envoient des infos et des liens, ce qui m’aide beaucoup dans la collecte d’informations.   

Concernant David Cole, j’avais  déjà posté ses vidéos mais en anglais, celle – ci est sous-titrée en français. 

Il faut aussi savoir que DAVID COLE a été obligé de se retracter par écrit sur la totalité de son travail à cause de menaces de mort qu’il a eues sur lui et sur sa famille.      

http://www.archive.org/details/DavidColeFr 

La Seconde Guerre Mondiale est le problème crucial au coeur de ce que nous vivons. 

Ce n’est pas parce que je n »en parle pas beaucoup que je n’y travaille pas mais avant de pouvoir affirmer un fait, j’essaie d’en être sûre ((!!!!))  

Et je pense qu’il reste beaucoup de choses à découvrir sur cette guerre et ce qu’elle cache réellement.    

Donc pour être claire, l’HISTOIRE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE EST À RÉVISIONNER TOTALEMENT et,   

plus largement  

TOUTE L’HISTOIRE HUMAINE DEPUIS L’ARRIVÉE DES JUIFS SUR TERRE EST TOTALEMENT À RÉVISIONNER.   

 

Étiquettes : , , , ,

Première partie – Chapitre 20 – Savitri Devi

Une femme pas comme les autres 

Savitri Devi fut une philosophe spécialiste des religions, une intellectuelle, et une activiste infatigable du national-socialisme, du paganisme indo-européen, du végétarisme, du bien-être animal et de l’écologie authentique. En fait, c’est la protection et la  défense des droits des animaux qui l’amena à considérer la question religieuse et en conséquence la politique lorsqu’elle découvrit ce qui se cachait derrière le massacre des animaux. En 1958, avec la publication de son œuvre principale, The Lightning and the Sun, elle émergea comme l’un des plus originaux et influents penseurs nationaux-socialistes de l’après-guerre.

Savitri Devi naquit Maximine Portaz le 30 septembre 1905 à Lyon. Elle mourut peu après minuit le 22 octobre 1982 à Sible Hedingham, dans l’Essex en Angleterre. D’ascendance anglaise, grecque et italienne, elle se considérait comme de nationalité « indo-européenne ».

PAUL DE TARSE ou CHRISTIANISME et JUIVERIE par Savitri Devi (Calcutta: Savitri Devi Mukherji, 1958)

S’ il y a un fait qui ne peut manquer de frapper toute personne qui étudie sérieusement l’histoire du Christianisme, c’est l’absence à peu près complète de documents regardant l’homme dont la grande religion internationale porte le nom, à savoir Jésus-Christ. Nous ne savons de lui que ce qui nous en est dit dans les Evangiles, c’est-à-dire pratiquement rien; car ces recueils, si prolixes dans leurs descriptions de faits miraculeux le concernant, ne donnent aucun renseignement sur sa personne et, en particulier, sur ses origines. Oh, nous avons bien, dans l’un des quatre Evangiles canoniques, une longue généalogie remontant de joseph, époux de la mère de Jésus, jusqu’à Adam! Mais je me suis toujours demandée de quel intérêt cela pouvait bien être pour nous, étant donné qu’il nous est d’autre part expressément déclaré que joseph n’a rien à voir avec la naissance de l’ Enfant. Un des nombreux Évangiles “apocryphes”—rejetés par l’ Eglise—attribue la paternité de Jésus à un soldat Romain, distingué pour sa bravoure et surnommé, à cause de cela même, “la Panthère”. Cet Evangile est cité par Heckel dans une de ses études sur le Christianisme des premiers temps. L’acceptation de ce point de vue, toutefois, ne résoudrait pas entièrement la question très importante des origines du Christ, car on ne nous dit pas qui était Marie, sa mère. L’un des Evangiles canoniques nous dit qu’elle était fille de Joachim et d’Anne, alors qu’Anne avait passé l’âge de la maternité; en d’autres mots, elle serait, elle aussi, née miraculeusement—ou serait tout simplement une enfant adoptée par Anne et Joachim dans leur vieillesse—ce qui n’éclaircit pas les choses.

Mais il y a quelquechose de beaucoup plus troublant. On a récemment découvert les annales d’un important couvent de la secte des Esséniens, situé à une trentaine de kilomètres à peine de Jérusalem. Ces annales ont trait à une période s’ étendant du début du premier siècle avant Jésus-Christ à la seconde moitié du premier siècle après lui. Il y est question, déjà soixante-dix ans avant lui, d’un grand Initié ou Maître spirituel—d’un “Maître de Justice”—dont on attendrait un jour le retour. De la carrière extraordinaire de Jésus, de ses guérisons miraculeuses innombrables, de son enseignement pendant trois ans entiers au milieu du peuple de Palestine, de son entrée triomphale à Jérusalem, si brillamment décrite dans les Evangiles canoniques, de son procès et de sa crucifixion (accompagnée, selon les Evangiles canoniques, d’évènements aussi frappants qu’un tremblement de terre, que l’obscurcissement du ciel à trois heures de l’après-midi, et que le fait que le voile du Temple se serait de lui-même déchiré en deux) il n’est pas dit un seul mot dans les parchemins de ces ascètes—hommes éminemment religieuxq, ue de tels évènements auraient dû intéresser. Il semblerait, d’après ces “parchemins de la Mer Morte”,—je recommande à ceux que cela intéresse de lire l’ étude qu’ en a publiée John Allegro, en langue anglaise—ou bien que Jésus n’ait produit aucune impression sur les esprits religieux de son temps aussi avides de sagesse et aussi bien informés que paraissent l’avoir été les ascètes du monastère en question, ou bien… qu’il n’ait simplement jamais existé! Si troublante qu’ elle soit, cette conclusion doit être placée devant le public mondial et en particulier devant le public chrétien, après les récentes découvertes.

En ce qui concerne l’Eglise chrétienne, toutefois, et le Christianisme en tant que phénomène historique, et le rôle qu’il a joué en Occident et dans le monde, la question a beaucoup moins d’importance qu’ elle n’en a l’air. Car même si Jésus a vécu et prêché, ce n’est pas lui le vrai fondateur du Christianisme tel qu’il se présente dans le monde. S’il a vraiment vécu, Jésus était un homme “au-dessus du Temps” dont le royaume—comme il l’a lui-même dit à Pilate, selon les Evangiles,—n’était “pas de ce monde”; dont toute l’activité, tout l’enseignement, tendait à montrer, à ceux que ce monde ne satisfaisait pas, une voie spirituelle par laquelle ils puissent s’en échapper et trouver, dans leur paradis intérieur, dans ce “Royaume de Dieu” qui est en nous, le Dieu “en esprit et en vérité” qu’ils cherchaient sans le connaître. S’il a vécu, Jésus n’a jamais rêvé de fonder une organisation temporelle—et surtout pas une organisation politique ett financière—telle que l’Eglise chrétienne est si vite devenue. La politique ne l’intéressait pas. Et, haï des riches, il était un ennemi si déterminé de toute immixion de l’argent dans les affaires spirituelles que certains Chrétiens ont, à tort ou à raison, vu là-dedans un argument prouvant que, contrairement à l’ enseignement de toutes les Eglises chrétiennes (sauf naturellement celles qui nient absolument sa nature humaine) il n’était pas de sang Juif.1 Le vrai fondateur du Christianisme historique, du Christianisme tel que nous le connaissons en pratique, tel qu’il a joué et joue encore un rôle dans l’histoire de l’Occident et du monde, ce n’est ni Jésus, de qui nous ne savons rien, ni son disciple Pierre, de qui nous savons qu’il était Galiléen, et simple pêcheur de son état, mais Paul de Tarse, de qui nous savons qu’il était Juif cent pour cent, de sang, de formation et de coeur, et, ce qui est plus, Juif lettré et “citoyen romain”, comme tant d’intellectuels Juifs sont aujourd’hui citoyens français, allemands, russes ou américains.

Le Christianisme historique—qui n’est pas du tout une oeuvre “au-dessus du Temps” mais bel et bien une oeuvre “dans le Temps”—est l’oeuvre de Saul appelé Paul, c’est-à dire, l’oeuvre d’un Juif, comme devait l’être le Marxisme deux mille ans plus tard. Examinons la carrière de Paul de Tarse.

Saul, appelé Paul, était un Juif et, ce qui est plus, un Juif orthodoxe en même temps que lettré; un Juif imbu de la conscience de sa race et du rôle de “peuple élu” que celle-ci devait, d’après la promesse de Javeh, jouer dans le monde. Il était élève de Gamaliel, l’un des théologiens Juifs les plus réputés de son temps—théologien de l’Ecole des Pharisiens; celle que, précisément d’après les Evangiles, le Prophète Jésus, que l’Eglise chrétienne devait plus tard élever au rang de Dieu, aurait le plus violemment combattue pour son orgueil, son hypocrisie, son habitude de couper les cheveux en quatre et de faire passer la lettre de la loi juive avant son esprit,—avant, du moins, ce qu’il croyait être son esprit; il n’est pas dit que Saul n’ait pas eu, là-dessus, une idée différente de la sienne. De plus-et ceci est très important-Saul était un Juif lettré et conscient né et élevé hors de Palestine, dans une de ces villes de l’Asie-Mineure romaine qui avait succédé à l’Asie-Mineure héllénistique en en guardant tous les caractères: Tarse, où le grec était la “lingua franca” de tout le monde et où le latin devenait, lui aussi, de plus en plus familier, et où l’on rencontrait des représentants de tous les peuples du Proche Orient. En d’autres termes, c’était déjà un Juif de “ghetto”, possédant, outre une connaissance profonde de sa tradition israélite, une compréhension du monde des “Goyyim”—des nonJuifs—qui devait plus tard lui être très précieuse. Il pensait, sans nul doute, comme tout bon Juif, que le “Goï” n’est là que pour être dominé et exploité par le “peuple élu”, mais il le connaissait infiniment mieux que la plupart de ces Juifs de Palestine du milieu desquels étaient sortis les tout premiers fidèles de la nouvelle secte religieuse de laquelle il était’ destiné, lui, à faire le Christianisme tel que nous le voyons.

Il est dit dans les “Actes des Apôtres’’ qu’il fut d’abord un persécuteur acharné de la nouvelle secte. Les adhérents de celle ci ne méprisaient-ils pas la loi juive, au sens strict du mot? L’homme qu’ils reconnaissaient pour chef, et qu’ils disaient réssuscité d’entre les morts, ce Jésus, que Saul, lui, n’avait jamais vu, n’avait-il pas donné l’exemple de la non-observance du Sabbat, de la négligence des jours de jeûne, et d’autres transgressions fort blâmables des règles de vie dont un Juif ne doit point se départir? On disait même qu’un mystère, qui ne signifiait rien de bon, planait sur l’histoire de sa naissance; qu’il n’était peutêtre pas du tout d’origine juive—qui sait? Comment ne pas persécuter une telle secte, quand on est un Juif orthodoxe, élève du grand Gamaliel? Il fallait préserver du scandale les observateurs de la Loi. Saul, qui avait déjà fait preuve de zèle en étant présent à la lapidation d’Etienne—l’ un des premiers prêcheurs de la dangereuse secte—continua de défendre la Loi a et la tradition juives contre ceux qu’il considérait comme des hérétiques, jusqu’ à ce qu’il comprît enfin qu’ il y avait mieux— beaucoup mieux—à faire, précisément du point de vue Juif. Il le comprit sur le chemin de Damas.

L’histoire telle que la raconte l’Eglise chrétienne veut que ce soit là qu’il ait eu soudain une vision de Jésus—qu’il n’avait, je répète, jamais vu “selon la chair”—et qu’il ait entendu la voix de ce dernier lui disant: “Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu?”, voix à laquelle il ne put résister. Il aurait, de plus, été aveuglé par une lumière éblouissante et se serait senti jeté à terre. Transporté à Damas—toujours d’après ce même récit des “Actes des Apôtres” —il y aurait rencontré l’un des fidèles de la secte qu’il était venu combattre, homme qui, après lui avoir rendu la vue, lui aurait donné le baptème et l’aurait reçu dans la communauté chrétienne.

Caravaggio - The conversion of Saint-Paul

Or, étant donné tout ce que nous savons de lui et surtout de la suite de sa carrière, il n’y a qu’une volonté profonde fondamentale, inséparable de la personnalité de Paul de Tarse à tous les stages de sa vie, qui puisse fournir l’explication de son “chemin de Damas”, et cette volonté, c’est celle de servir le vieil ideal Juif de domination spirituelle, complément et couronnement de celui de domination économique. Saul, Juif orthodoxe, Juif conscient, qui avait combattu la nouvelle secte en tant qu’elle constituait un danger pour l’orthodoxie juive, ne pouvait renoncer à son orthodoxie et devenir l’ âme et le bras précisément de cette secte si dangereuse, qu’après avoir compris que, remaniée par lui, transformée, adaptée aux exigences du vaste monde des “Goyyim”—des “Gentils” des Evangiles—interprêtée, s’il le fallait, de manière à donner, comme le dira plus tard Nietzsche, “un sens nouveau aux mystères antiques”, elle pouvait devenir pendant des siècles, sinon pour toujours, l’instrument le plus puissant de la domination spirituelle d’Israël; la voie par laquelle se réaliserait, le plus sûrement et de la façon la plus définitive, la “mission” du peuple Juif qui était, selon lui comme selon tout bon Israélite, celle de régner sur les autres peuples, et de les asservir moralement tout en les exploitant économiquement. Et plus l’asservissement moral serait complet, plus l’exploitation économique serait—cela va sans dire—florissante. Ce n’est qu’ à ce prix qu’il valait la peine de répudier la rigidité de la vieille et vénérable Loi. Ou, pour parler un langage plus trivial, la conversion soudaine de Saul le long du chemin de Damas s’explique d’une manière toute naturelle seulement si l’on admet qu’il se serait soudain aperçu des possibilités que le Christianisme naissant lui offrait pour le profit, et la domination morale de son peuple, et qu’il aurait pensé—en un éclair de génie, il faut bien le dire,—: “Que j’ai donc eu la vue courte en persécutant cette secte, au lieu de m’en servir coûte que coûte! Que j’ai donc été sot de m’attacher à des formes—des détails—au lieu de voir l’essentiel: l’interêt du peuple d’Israël, du peuple élu, de notre peuple, à nous Juifs!”Il est superflu de dire que ce récit miraculeux ne peut être accepté tel quel que par ceux qui partagent la foi chrétienne. Il n’a, comme tous les récits de ce genre, aucune valeur historique. Ceux qui, sans idées préconçues, cherchent une explication plausible—vraissernblable; naturelle—de la manière dont les choses se sont passées, ne peuvent s’en contenter. Et l’explication, pour être plausible, doit rendre compte non seulement de la transformation de Saul en Paul,—du défenseur acharné du Judaïsme en fondateur de l’Eglise chrétienne telle que nous la connaissons—mais encore de la nature, du contenu et de la direction de son activité après sa conversion; de la logique interne de sa carrière, autrement dit du lien psychologique plus ou moins conscient entre son passé anti-chrétien et sa grande oeuvre chrétienne. Toute conversion implique un lien entre le passé du converti et le reste de sa vie, une raison profonde, c’est-à-dire une aspiration permanente du converti, que l’acte de conversion satisfait; une volonté, une direction permanente de vie et d’action, dont l’acte de conversion est l’expression et l’instrument.

Toute la carrière ultérieure de Paul est une illustration—une preuve, dans la mesure où l’on peut songer à “prouver” des faits de cette nature—de ce revirement génial; de cette victoire du Juif intelligent, homme pratique, diplomate (et qui dit “diplomate” en connection avec des questions religieuses, dit trompeur) sur le Juif lettré orthodoxe, préoccupé surtout de problèmes de pureté rituelle. Du jour de sa conversion, Paul, en effet, s’abandonne à l’ “Esprit”, et va là où 1”`Esprit” lui suggère, ou plutôt lui ordonne, d’aller, et prononce, en toute circonstance, les paroles que l’“Esprit” lui inspire. Or, où 1’“Esprit” lui “ordonnne”-il d’aller? En Palestine, chez les Juifs qui partagent encore les “erreurs” qu’il vient publiquement d’abjurer, et qui sembleraient être les premiers à avoir droit à sa nouvelle révélation? Jamais de la vie! Il s’en garde bien! C’est en Macédoine, ainsi qu’ en Grèce et chez les Grecs d’Asie-Mineure, chez les Galates, et plus tard chez les Romains—en pays Aryen; de toute façon, en pays non-Juif—que le néophyte s’en va prêcher le dogme théologique du péché originel et du salut éternel à travers Jésus crucifié, et le dogme moral de l’ égalité de tous les hommes et de tous les peuples; c’est à Athènes qu’il proclame que Dieu a créé “toutes les nations, tous les peuples d’un seul et même sang” (Acts des Apôtres, Chapître 17, verset 26). De cette négation de la hiérarchie naturelle des races, les Juifs, eux, n’avaient que faire,—eux qui avaient, de tout temps, dans leur conception du monde, renversé cette hiérarchie à leur profit. Mais il était (du point de vue Juif) très utile de la prêcher, de l’imposer aux “Goyyim”; de détruire en eux les valeurs nationales qui avaient, jusqu’alors, fait leur force (ou plutôt, d’en hâter simplement la destruction; car, depuis le quatrième siècle avant Jésus-Christ, elles s’effrittaient déjà, sous l’influence des Juifs “héllénisés” d’Alexandrie). Sans doute Paul prêche-t-il aussi “dans les synagogues”, c’est-à-dire aux Juifs, auxquels il présente la docti ine nouvelle comme l’aboutissement des prophéties et de l’attente messianique; sans doute dit-il à ces fils de son peuple, ainsi qu’aux “craignant Dieu”—aux demi-Juifs, comme Timothée, et aux quarts de Juifs qui abondaient dans les ports de la mer Egée (de même qu’à Rome)—que le Christ crucifié et ressuscité, qu’il announce, n’est autre que le Messie promis. II donne un sens nouveau aux prophéties juives tout comme il donne un sens nouveau aux mystères immémoriaux de la Grèce, de l’Egypte, de la Syrie et de l’Asie-Mineure: un sens qui attribue un rôle unique, une place unique, une importance unique au peuple Juif dans la religion des non-Juifs. Il n’y a, pour lui, que ce moyen en effet d’ assurer à son peuple la domination spirituelle de l’avenir, Son génie—non religieux, mais politique—consiste à l’ avoir çompris.

Mais ce n’est pas seulement sur le plan de la doctrine qu’il peut se montrer d’une souplesse déconcertante:—“Grec avec les Grecs, et Juif avec les Juifs”, comme il le dit lui-même. Il a le sens des nécessités—et des impossibilités—pratiques. Il est-lui, d’abord si orthodoxe—le premier à s’opposer à toute imposition de la loi juive aux convertis chrétiens de race nonjuive. Il insiste—contre Pierre, et le groupe moins conciliant des premiers Chrétiens de Jérusalem—sur le fait qu’un Chrétien d’origine non-juive n’a nullement besoin de la circoncision ni des règles juives concernant la nourriture. Il écrit à ses nouveaux fidèles—demi-Juifs; demi-Grecs; Romains d’origine douteuse; Levantins de tous les ports de la Méditerranée: à tout ce monde sans race, dont il est entrain de faire l’ intermédiaire entre son peuple Juif, immuable dans sa tradition, et le vaste monde à conquérir—qu’il n’existe pas, pour eux, de distinction entre ce qui est “pur” et ce qui est “impur”; qu’il leur est permis de manger n’importe quoi (“tout ce qui se trouve sur le marché”). Il savait que, sans ces concessions, le Christianisme ne pouvait pas espérer conquérir l’ Occident—ni les Juifs espérer conquérir le monde, par l’intermédiaire de l’Occident converti.

Pierre, qui n’était point un Juif de “ghetto”, ne connaissait encore rien des conditions du monde non-Juif, et ne voyait pas les choses du même point: de vue,—pasencore, en tout cas. C’est pour cela qu’il faut voir en Paul le vrai fondateur du Christianisme historique: l’homme qui a fait de l’enseignement purement spirituel du prophète Jésus, la base d’une organisation militante dans le Temps dont le but n’est (n’était déjà, dans la conscience profonde de l’apôtre) que la domination des Juifs sur un monde moralement émasculé et physiquement abâtardi; un monde où l’amour mal compris de “l’homme” conduit tout droit au mélange indiscriminé des races, à la suppression de toute fierté nationale, en un mot, à la dégénérescence de l’homme.

Il est temps que toutes les nations non-juives ouvrent enfin les yeux à cette réalité de deux mille ans; qu’elles en saisissent toute la poignante actualité et qu’elles réagissent en conséquence.

Ecrit à Méadi (près du Caire), le 18 Juin 1957

Source : texte extrait du site dédiée à Savitri Devi

 
 

Étiquettes : , , , , ,

Première partie – Chapitre 19 – Témoignage à charge contre les Juifs

L’un d’entre eux dénonce toute l’amplitude de leur culpabilité

L’article qui suit a été écrit par Marcus Eli Ravage, un écrivain juif qui fut le biographe officiel des Rothschild.

Il parut dans The Century Magazine de janvier 1928, Vol.115, N°3, pp. 346-350 sous le titre A Real Case Against The Jews ; One of Them Points Out the Full Depth of Their Guilt. 1   

« BIEN SÛR, vous nous en voulez. Il n’est pas bon de me dire le contraire. Ne perdons pas notre temps en dénis et alibis. Vous savez que vous nous en voulez, et je le sais, et nous nous comprenons les uns les autres. Pour être sûr, certains de vos meilleurs amis sont Juifs, et c’est tout. J’ai déjà entendu cela une ou deux fois, je pense. Et je sais, aussi, que vous ne m’incluez pas personnellement – «moi» en tant qu’individu particulier Juif – lorsque vous nous flanquez à la porte de manière systématique, parce que je suis, eh bien, si différent, ne le saviez vous pas, presque aussi bon que l’un d’entre vous. Cette petite  dispense ne m’incite pas, d’une manière ou d’une autre, à de la gratitude, mais cela n’a pas d’importance maintenant. C’est l’agressivité, le carriérisme, l’arrivisme, le matérialisme que vous n’aimez pas –  ceux, en un mot, qui vous rappellent tant vos propres frères si prometteurs. Nous nous comprenons parfaitement. Je ne vous en tiens pas rigueur.

Bénie soit mon âme, je ne blâme personne de détester quiconque. La chose qui m’intrigue à propos de cet anti-judaïsme auquel vous jouez est votre absence totale de cran. Vous êtes si indirect si évasif à ce sujet, vous prenez de telles évidentes et incroyables excuses, vous semblez souffrir d’une gêne si horrible, que si la prestation n’était pas grotesque, c’en serait irritant.

Ce n’est pas comme si vous étiez des amateurs: vous y êtes depuis plus de quinze siècles. Pourtant, à vous regarder et à entendre vos prétextes enfantins, on pourrait croire que vous ne savez pas vous-mêmes de quoi il s’agit. Vous nous en voulez, mais vous ne pouvez pas dire clairement pourquoi.

Vous trouvez une nouvelle excuse – que vous appelez raison – chaque nouveau jour. Vous avez accumulé pour vous-mêmes des justifications, ces quelques centaines d’années, et chaque nouvelle invention est plus risible que la précédente et chaque nouveau prétexte contredit et anéantit le précédent.

Il n’y a pas si longtemps, j’avais l’habitude d’entendre que nous étions avides et de sombres matérialistes; maintenant la récrimination est murmurée qu’aucun art, aucune profession n’est protégée de l’invasion juive. Nous sommes, à vous en croire, à la fois fermés, exclusifs et inassimilables, car nous ne voulons pas nous marier avec vous, et nous sommes aussi des carriéristes et arrivistes et une menace pour votre intégrité raciale.

Notre niveau de vie est si bas que nous créons vos taudis et les entreprises qui vous exploitent et si élevé que nous vous jetons hors de vos plus beaux quartiers.

Nous nous dérobons à notre devoir patriotique en temps de guerre parce que nous sommes pacifistes par nature et tradition, et que nous sommes les conspirateurs par excellence des guerres universelles et les grands bénéficiaires de ces guerres…

Nous sommes en même temps les fondateurs et les partisans de premier plan du capitalisme et les  principaux auteurs de la rébellion contre le capitalisme.

Assurément, l’histoire ne nous arrive pas à la cheville en termes de polyvalence !

Et oh, j’allais presque oublié la raison des raisons. Nous sommes le peuple opiniâtre qui jamais n’accepta le Christianisme, et nous sommes le peuple criminel qui crucifia son fondateur.

Mais je vais vous dire, vous vous méprenez. Vous manquez à la fois de connaissance envers vous-même et de courage pour carrément faire face aux faits et vous avouer la vérité.

Vous en voulez au Juif non pas parce comme certains d’entre vous semblent le croire, il a crucifié Jesus mais au contraire parce qu’il lui a donné vie.

Votre vrai désaccord avec nous n’est pas parce que nous avons rejeté le Christianisme mais parce que nous vous l’avons imposé !

Vos accusations décousues et contradictoires sont loin de valoir la noirceur de notre infamie historique avérée. Vous nous accusez d’inciter à la Révolution à Moscou. Admettons que nous acceptions l’accusation. Et alors ? Comparativement à ce que Paul de Tarse, le Juif, accomplit à Rome, le bouleversement en Russie est une simple bagarre de rue.

Vous faites grand bruit de l’influence juive indue dans vos cinémas et théâtres. Très bien; accordé, votre plainte est bien fondée. Mais qu’est-ce comparativement à notre stupéfiante influence dans vos églises, vos écoles, vos lois et vos gouvernements, et dans les moindres pensées que vous avez chaque jour ?

Un Russe maladroit contrefait une série de documents et les publie dans un livre intitulé « Les Protocoles des Sages de Sion » qui montre que nous avons planifié la dernière Guerre Mondiale. Vous croyez ce livre. D’accord. Pour les besoins de l’argumentation, nous en soutiendrons chaque mot. Il est sincère et authentique. Mais qu’est-ce que c’est par rapport à la conspiration historique indéniable que nous avons menée, et que nous n’avons jamais niée parce que vous n’avez jamais eu le courage de nous en accuser  et dont le dossier complet subsiste encore pour quiconque veut le lire?

Si vous êtes vraiment sérieux quand vous parlez de complots juifs, ne puis-je pas attirer votre attention sur l’un d’eux qui mérite qu’on en parle? Quelle besoin de gaspiller son temps à parler du prétendu contrôle de votre opinion publique par les financiers, les propriétaires de journaux et les magnats du cinéma juifs, quand vous pourriez aussi bien et à juste titre nous accuser du contrôle avéré de votre civilisation par les Doctrines Juives?

Vous n’avez pas commencé à apprécier l’ampleur réelle de notre culpabilité. Nous sommes des intrus. Nous sommes des perturbateurs. Nous sommes des destructeurs.

Nous avons pris votre monde originel, vos idéaux, votre destin, et les avons détruits. Nous avons été à la base non seulement de la dernière Grande Guerre, mais de presque toutes vos guerres, pas seulement en Russie, mais de tout autre révolution majeure dans votre histoire.

Nous avons apporté la discorde et la confusion et la frustration dans votre vie personnelle et publique. Et nous continuons encore. Personne ne peut dire combien de temps nous allons continuer à le faire.

Regardez un peu en arrière ce qu’il s’est passé. Il y a dix-neuf siècles, vous étiez une race innocente et sans souci, la race païenne. Vous adoriez d’innombrables dieux et déesses, les esprits de l’air, de l’eau vive et de la forêt. Vous aviez une fierté sans vergogne en la gloire de vos corps nus. Vous sculptiez les  images de vos dieux et les courbes humaines si séduisantes. Vous preniez plaisir aux combats de terrain, dans l’arène et sur le champ de bataille.

La guerre et l’esclavage étaient des institutions stables dans vos systèmes. Batifolant sur les coteaux et dans les vallées des grands espaces, vous spéculiez sur l’émerveillement et le mystère de la vie et avez jeté les bases des sciences naturelles et de la philosophie. Votre culture était noble et sensuelle, non tourmentée par l’introduction d’une conscience sociale ou par quelque questionnement sentimental sur l’égalité humaine. Qui sait quelle grande et glorieuse destinée aurait été la vôtre si nous vous avions laissés seuls.

Mais nous ne vous avons pas laissés seuls. Nous vous avons pris en main et avons tiré vers le bas la belle et généreuse organisation que vous aviez élevée, et avons changé complètement le cours de votre histoire. Nous vous avons conquis comme aucun de vos empires n’a jamais dompté l’Afrique ni l’Asie.

Et nous avons fait tout cela sans armées, sans balles, sans effusion de sang ni troubles, sans force d’aucune nature. Nous l’avons fait uniquement par la puissance irrésistible de notre esprit, avec des  idées, avec de la propagande.

Nous avons fait de vous les porteurs volontaires et inconscients de notre mission pour le monde entier, pour les races barbares de la terre, pour les innombrables générations à naître. Sans comprendre entièrement ce que nous vous faisions, vous êtes devenus l’ensemble des agents de notre tradition raciale, portant notre doctrine jusqu’aux confins inexplorés de la Terre.

Nos coutumes tribales sont devenues le cœur de votre code moral. Nos lois tribales ont fourni les bases fondamentales de toutes vos constitutions et systèmes juridiques respectables. Nos légendes et nos contes populaires sont les traditions sacrées que vous fredonnez à vos enfants. Nos poètes ont empli vos livres de cantiques et de prières. Notre histoire nationale est devenue un élément incontournable d’érudition de vos pasteurs, prêtres et savants. Nos rois, nos hommes d’Etat, nos prophètes, nos guerriers sont vos héros. Notre ancien petit pays est votre Terre Sainte. Notre littérature nationale est votre Sainte Bible. Ce que notre peuple pensa et enseigna devint inextricablement tissé à votre propre discours et tradition, au point que personne parmi vous ne peut être qualifié d’instruit, de cultivé s’il n’est pas familier avec notre héritage racial.

Les artisans juifs et les pêcheurs juifs sont vos professeurs et vos saints, avec d’innombrables statues sculptées à leur image et un nombre incalculable de cathédrales érigées à leur mémoire.

Une jeune fille juive est votre idéal de maternité et de féminité. Un prophète rebelle juif est le personnage central de votre culte religieux. Nous avons tiré vers le bas vos idoles, rejeté votre héritage racial, et y avons substitué notre Dieu et nos traditions.

Aucune conquête dans l’histoire ne peut même se comparer à cette victoire absolue de notre conquête sur vous.

Comment avons-nous fait ? Pour ainsi dire par accident. Il y a près de deux mille ans, dans la lointaine Palestine, notre religion était tombée en décadence dans le matérialisme. Les changeurs de monnaie étaient en possession du temple.

Des prêtres égoïstes et dégénérés escroquaient notre peuple et s’enrichissaient. Puis un jeune patriote idéaliste se leva et alla partout appeler à un renouveau de la foi. Il n’avait aucune intention de créer une nouvelle église. Comme tous les prophètes avant lui, son seul but était de purifier et revitaliser l’ancienne croyance. Il attaqua les prêtres et chassa les changeurs du temple. Ceci l’amena à un conflit avec l’ordre établi et ses soutiens. Les autorités romaines, qui occupaient le pays, craignant que son agitation révolutionnaire soit un effort politique visant à les évincer, l’arrêtèrent, le jugèrent et le condamnèrent à mort par crucifixion, une forme courante d’exécution à cette époque.

Les disciples de Jésus de Nazareth, principalement des esclaves et de pauvres ouvriers, dans le deuil et la déception, se détournèrent du monde et se constituèrent en une confrérie de pacifistes non résistants, partageant la mémoire de leur chef crucifié et vivant ensemble à la manière communiste. Ils étaient simplement une nouvelle secte en Judée, sans pouvoir ni importance, ni la première ni la dernière.

Ce n’est qu’après la destruction de Jérusalem par les Romains que le nouveau credo prit une place de premier plan. Ensuite, un Juif patriote du nom de Paul ou Saul conçut l’idée d’humilier la puissance romaine en détruisant le moral de ses troupes avec les doctrines d’amour et de non-résistance prêchées par la petite secte de Juifs Chrétiens. Il devint l’Apôtre des Gentils, lui qui jusqu’alors avait été l’un des persécuteurs les plus actifs de la bande. Et Paul fit si bien son travail qu’en l’espace de quatre siècles, le grand empire qui avait conquis la Palestine ainsi que la moitié du monde, était un monceau de ruines. Et la loi qui sortit de Sion devint la religion officielle de Rome.

Ce fut le début de notre position dominante dans votre monde. Mais ce n’était qu’un début. Depuis ce jour, votre histoire est un peu plus qu’une lutte pour la maîtrise entre votre ancienne mentalité païenne et notre mentalité juive. La moitié de vos guerres, petites et grandes, sont des guerres de religion, combattues sur l’interprétation d’une chose ou une autre selon nos enseignements. Vous vous étiez à peine libérés de votre simplicité religieuse fondamentale et tentiez l’initiation de la pratique de la Rome païenne que Luther, armé de nos doctrines, surgit pour vous abattre et rétablir notre patrimoine.

Prenez les trois principales révolutions des temps modernes, la Française, l’Américaine et la Russe. Que sont-elles, si ce n’est le triomphe du concept social, politique et de justice économiques juif ?

Et nous ne sommes pas au bout. Nous vous dominons toujours. En ce moment même, vos églises sont déchirées par une guerre civile entre les Fondamentalistes et les Modernistes, c’est-à-dire entre ceux qui s’accrochent littéralement à nos enseignements et nos traditions, et ceux qui s’efforcent lentement de nous déposséder. A Dayton, dans le Tennessee, une communauté éduquée par la Bible interdit l’enseignement de votre science, car elle entre en conflit avec notre récit historique de l’origine de la vie, et M. Bryan, le chef de l’anti-juif Ku Klux Klan à la Convention Nationale Démocrate, fait la lutte suprême de sa vie en notre nom, sans remarquer la contradiction. Encore et encore, l’héritage puritain de Judée se répand par vagues, censure du théâtre, Blue laws du dimanche (1), National Prohibition Acts. Et pendant que ces choses se produisent, vous radotez sur l’influence juive dans les films!

Est-il étonnant que vous nous en vouliez? Nous avons mis un frein à votre progrès. Nous vous avons imposé un livre étranger et une foi étrangère que vous ne pouvez ni avaler ni digérer, qui est à contre-courant de votre mentalité d’origine, qui vous met éternellement mal à l’aise, et pour lequel vous manquez de courage soit pour le rejeter, soit pour l’accepter dans son intégralité.

Bien sûr, vous n’avez jamais accepté nos enseignements chrétiens en totalité. Dans vos cœurs, vous êtes encore païens. Vous aimez toujours la guerre, les images sculptées, et les conflits.

Vous êtes encore fiers de la beauté des courbes humaines nues. Votre conscience sociale, en dépit de toute démocratie et toutes vos révolutions sociales, est toujours une chose pitoyable imparfaite.

Nous avons simplement divisé votre âme, brouillé vos impulsions, paralysé vos désirs. Au milieu de la bataille, vous êtes obligé de vous agenouiller devant celui qui vous a ordonné de tendre l’autre joue, qui vous a dit « Ne résiste pas au mal» et «Béni soit les artisans de la paix ».  Dans votre soif de gain, vous êtes soudain perturbé par une mémoire de vos jours d’école du Dimanche (l’Église) qui vous dit de ne pas vous soucier du lendemain. Dans vos luttes revendicatrices, quand vous frapperiez par une grève sans le moindre scrupule, vous vous rappelez soudainement que les pauvres sont bienheureux et que tous les hommes sont frères dans la paternité du Seigneur. Et lorsque vous êtes sur le point de céder à la tentation, votre formation juive vous en dissuade et vous retire la coupe pleine des lèvres. Vous, Chrétiens, n’êtes jamais devenus christianisés. Sur ce point, nous avons échoué avec vous. Mais nous avons détruit pour toujours le plaisir du paganisme en vous.

Alors, pourquoi ne devriez-vous pas nous en vouloir? Si nous étions à votre place, nous vous en voudrions probablement plus que vous ne le faites. Mais nous n’hésiterions pas à vous dire pourquoi. Nous ne recourrions pas à des subterfuges et à des prétextes évidents. Avec des millions de petits commerçants juifs douloureusement respectables tout autour de nous, nous ne devrions pas insulter votre intelligence et notre propre honnêteté en parlant de communisme comme une philosophie juive. Et avec des millions de colporteurs et ouvriers juifs travaillant dur et besogneux, nous ne devrions pas nous rendre ridicule en parlant du capitalisme international comme un monopole juif. Non, nous devrions  aller droit au but. Nous devrions regarder cette pagaille complexe que nous appelons civilisation, ce mélange moitié Chrétien, moitié Païen, et si nos places étaient inversées – nous vous dirions à brûle-pourpoint: « Merci à vous, à vos prophètes et à votre Bible pour ce chaos. «  »

1 –  Ben Klassen lui consacre également tout un chapitre dans son livre The White Man’s Bible  : chapitre 43 page 231 à 237

2 – Blue laws : lois en vigueur aux Etats-Unis et au Canada (18ème et 19ème siècles) qui imposaient, entre autres, la messe du dimanche à l’église et le repos dominical.

 
 

Étiquettes : , , ,

Première partie – Chapitre 18 – Les Jésuites

LA SOCIÉTÉ DE JÉSUS  

Voici ce que nous pouvons lire en introduction à l’édition anglaise du livre d’ Edmond Paris,  L’Histoire Secrète des Jésuites.(1)

L’INTRODUCTION DU DR. RIVERA 

« Les hommes les plus dangereux sont ceux qui apparaissent très religieux, surtout quand ils sont organisés et en position d’autorité. Ils ont le profond respect des personnes qui sont ignorantes du forcing impie qu’ils font dans les coulisses pour acquérir le pouvoir. 

Ces religieux, qui prétendent aimer Dieu, auront recours au meurtre, à inciter la révolution et les guerres pour faire avancer leur cause, si nécessaire. Ils sont malins, intelligents, de polis politiciens religieux qui vivent dans un monde ténébreux de secrets, d’intrigues, de fausse sainteté. » 

L’homme, Edmond Paris 

« En exposant un tel complot, il a mis sa vie en jeu.. Edmond Paris ne m’a jamais vu, mais je le connaissais sans l’avoir rencontré personnellement, quand moi, avec d’autres jésuites sous serment, avons été briefés sur les noms d’institutions et d’individus en Europe qui mettaient en danger les objectifs de l’institution catholique romaine. Son nom nous fut donné. »

« Les travaux d’Edmond Paris mirent en action notre engagement sous serment, à savoir: 1) le détruire; 2) détruire sa réputation y compris sa famille; 3) détruire son travail.  » 

Dr. Rivera, ex- Jésuite

« Les Jésuites secrètement et continuellement travaillent à atteindre deux objectifs majeurs pour l’Institution Catholique Romaine: 1. le Pouvoir Politique Universel et 2.Une Eglise universelle dans l’accomplissement des prophéties de l’Apocalypse 6, 13, 17 et 18 ». (2)

Les Jésuites sont les espions et l’escouade d’assassins pour le compte de l’Église catholique. Les gens qui croient que cette institution est soit « religieuse », soit « spirituelle »se trompent lourdement. Elle a toujours été politique, et à tous égards. Il s’agit d’un front politique qui fonctionne pour contrôler les gens en utilisant de nombreux personnages fictifs et des cérémonies religieuses volées aux religions antérieures partout dans le monde. L’Eglise catholique n’a que faire de la séparation de l’Église et de l’État puisqu’elle travaille continuellement et impitoyablement pour la domination du monde et par tous les moyens possibles. Cette institution a été fondée sur le meurtre de masse, la torture, l’extorsion, le crime organisé, le mensonge afin de priver l’humanité d’une vraie spiritualité.

On entend souvent parler d’un « Pape Noir »: encore une histoire pour détourner la responsabilité du pape catholique et son clan de criminels. En vérité, ils emploient le concept de l’hégélianisme contrôlant les  opposants pour avoir une autorité totale. C’est un peu comme si quelqu’un qui travaille pour une institution défendant l’usage illégal de drogues, exploitait en coulisses un réseau de contrebande de ces mêmes drogues.

L’Eglise catholique qui se revendique comme une institution catholique de bienfaisance, contrôle et exécute en secret des activités criminelles organisées. C’est bien la marque du fonctionnement juif que l’on retrouve là basée sur l’imposture, le mensonge et le double jeu.

Les protestants ne sont que trop contents de pouvoir condamner les catholiques en déterrant des horreurs sur eux. Ce qui permet de renvoyer la faute sur l’autre et évite d’avoir à remettre en cause le fondement même de leurs croyances communes, juives.

Ignace de Loyola fut le fondateur des Jésuites. La Réforme protestante avait fait de sérieux dommages au contrôle incontesté de l’Église catholique au moment où il entra en scène. Il arriva à la conclusion que la seule manière pour l’Eglise catholique de reprendre le contrôle qu’elle avait perdu était d’imposer les canons et les doctrines sur le pouvoir temporel du pape et non de détruire seulement des vies comme l’Inquisition l’avait fait mais plutôt d’infiltrer secrètement tous les domaines de la vie.

« La constitution de la Compagnie de Jésus fut enfin rédigé et approuvé à Rome par Paul III, en 1540, et les Jésuites se mirent à la disposition du pape, lui promettant obéissance inconditionnelle. » (3)

Ignace de Loyola était plus conscient que tout autre leader catholique qui l’avaient précédé que la meilleure façon de contrôler un homme était de contrôler son esprit. « Nous le saturons de forces spirituelles qu’il trouvera très difficile à éliminer par la suite »« …. des forces plus durables que tous les meilleurs principes et doctrines, ces forces peuvent remonter à la surface, parfois après des années sans même les avoir mentionné, et sont si impérieuses que la volonté se trouve incapable de s’y opposer et doit suivre leur impulsion irrésistible ». (4)

Il ne faut pas oublier que l’Eglise catholique possède la plupart des connaissances ésotériques après des siècles de confiscation, de pillage et de retrait systématique de la population gentille. Les Jésuites ont utilisé ces connaissances au détriment de l’humanité. À l’insu de beaucoup,  les Jésuites ont infiltré tous les pays même s’ils furent aussi expulsés par nombre d’entre eux. Par le sacrement catholique de la confession, ils prirent néanmoins le contrôle des Rois et des Reines, des princes et de la noblesse et eurent même des postes politiques importants.

« A chaque fois qu’un pays était infesté de Jésuites, ils réussirent à prendre le contrôle. Cela se fit par infiltration. Peu de temps après, les autorités commençaient à les consulter sur des questions importantes, des dons importants commencèrent à affluer et en peu de temps, ils occupèrent toutes les écoles , les chaires de la plupart des églises et les confessionnaux de toutes les personnes de haut rang. » (5)

« Le public n’est quasiment pas conscient de l’écrasante responsabilité portée par le Vatican et ses Jésuites dans le déclenchement des deux guerres mondiales, une situation qui peut s’expliquer en partie par les gigantesque finances la disposition du Vatican et de ses Jésuites, leur donnant pouvoir dans tant de  sphères, surtout depuis le dernier conflit. » (6)

« Aucun Etat ne souffrit autant que la Pologne sous la domination des Jésuites. Et dans aucun autre pays mis à part le Portugal, les Jésuites furent aussi puissants. Alors que la Pologne était menée à la ruine, le nombre d’établissements et d’écoles jésuites se multipliait si vite que le général fit de la Pologne une congrégation spéciale en 1751. »(7)

Les enseignements d’Extrême-Orient furent corrompus avec l’arrivée et l’infestation des Jésuites. Le jésuite Robert de Nobile s’installa en Inde pour convertir les masses au catholicisme. Fidèle à la nature du jésuite, il infiltra la caste sacerdotale brahmane (toujours le même attrait pour la classe dirigeante). « Il acquit les vêtements, les habitudes et le mode de vie des brahmanes, mélangea leurs rites avec les chrétiens, tout cela avec l’approbation du pape Grégoire XV. Il convertit plus de 250.000 Hindous. » (8)

Il est plus que probable que c’est de là que viennent les enseignements corrompus du Nouvel Age, avec karma et cie, les nouveaux enseignements christiques via les anges qui sont en fait les véritables ennemis de l’humanité avec leur voix mielleuse et leurs méthodes pédagogiques basées sur toujours plus de culpabilité et des enseignements corrompus qui donnent les effets inverses de ceux énoncés.    

Il faut surtout voir que le Nouvel-Age, grâce à son pot-pourri de tous les enseignements, croyances du monde commence depuis les années 70 à préparer la religion universelle sous contrôle juif. 

Il devient vital de comprendre que les Juifs contrôlent toute notre société. Aussi lorsqu’un mouvement dure et prend de l’ampleur, vous pouvez être sûr qu’IL sert l’objectif juif. 

D’ailleurs en France, la société qui distribue la quasi totalité des livres new age est juive, gérée par des Juifs ! Et le Nouvel Age rapporte gros, très gros !   

« En Amérique du Sud, ils conquirent les autochtones qui furent ensuite contraints de vivre sous le catholicisme. Les jésuites les surveillent … »« …et punissent la plus petite erreur … Le fouet, le jeûne, la prison, le pilori sur la place publique, la pénitence publique à l’église sont les châtiments qu’ils utilisent. » Le coupable revêtu des habits de pénitent est emmené à l’église où il avouait sa faute. Puis il était fouetté sur la place publique selon le code pénal ….. Le coupable, après avoir été puni, baisait la main de celui qui l’avait frappé, en disant: ‘Que Dieu vous récompense de m’avoir libéré, par cette punition légère, de la  peine éternelle qui me menaçait.’ (9)

« Nous composerons des poèmes, mais puissent être nos poètes chrétiens et non païens qui invoquent des Muses, des oréades, des naïades,  des néréides, Calliope, Apollo, etc …et autres Dieux et Déesses. De plus, si ces derniers doivent être mentionnés, que ce soit pour les caricaturer, car ce sont des démons. »(10)

« L’Eglise catholique faisait partie des plus riches propriétaires terriens en Afrique du Nord. Au Mexique, ils possédaient des mines d’argent et des raffineries de sucre, au Paraguay, des plantations de thé et de cacao, des fabriques de tapis et avait le contrôle sur l’approvisionnement alimentaire comme elle  possédait des bovins et ‘exportait 80.000 mules par an’. »

« Et pour réaliser un bénéfice encore plus grand, les révérends pères n’hésitaient pas à frauder le trésor de l’État, comme dans l’histoire bien connue des boîtes soi-disant de chocolats déchargées à Cadix, qui étaient remplies de poudre d’or. »11

« Le 7 janvier 1960, à Rome, eut lieu une conférence au sommet destinée à apporter une co-existence pacifique entre les soviétiques et le bloc de l’Est et l’Ouest. Aux Etats-Unis, le cardinal Spellman (dont on voit de nombreuses photos dans les magazines et les journaux posant à côté d’importants dirigeants du monde) exhorta les Catholiques à se montrer ouvertement hostiles envers M. Khrouchtchev, lorsqu’il  visitait les États-Unis où il était invité. Le Cardinal Ottaviani, secrétaire du Saint-Siège prononça un discours des plus véhéments à la basilique de ‘Sainte-Marie-Majeure’ contre les Soviétiques et les puissances occidentales qui étaient impliquées dans le projet de paix. » 12

On pourrait bien se demander quels objectifs motivent les guerres quand une institution comme l’Église catholique cherche la domination mondiale. Et pourtant, la guerre, par les dévastations créées, est ce qui modifie le plus en profondeur le cours de la vie humaine en oeuvrant à une domination totale.

Les deux puissances belligérantes sont aidées et financées par ceux dont l’unique but est le contrôle de la planète et l’asservissement de l’humanité.

À la fin de la guerre, tous les pays impliqués sont endettés auprès des banques internationales dont certaines sont détenues et exploitées par le Vatican. Il n’est pas question, ici, d’ignorer ceux qui travaillent aux mêmes objectifs mais plutôt de prendre conscience qu’ils se servent tous les uns des autres pour atteindre leurs objectifs communs, tout en se méprisant cordialement, chacun cherchant la destruction de l’autre. Si l’objectif est atteint, le gagnant rafle la mise.

Ce qui est dramatique, c’est que ceux qui, Protestants, dénoncent des faits véritables et indiscutables sur les Catholiques, comme par exemple l’auteur de Vatican Assassins, ne sont pas conscients qu’eux-mêmes sont trompés dans cette tactique d’où personne ne sort gagnant, sauf les Juifs.

Ils courent d’une secte à l’autre, d’un bras armé à l’autre, ne voyant pas qu’ils sont enferrés dans la même illusion, la Bible. Bien sûr que ces pages sont une véritable bombe, une vraie révélation sur la corruption qui règne à l’intérieur de l’Eglise avec ses hommes de main que sont les Jésuites. Mais le Cardinal Spellman comme bien d’autres sont Juifs. Voilà comment les juifs font marcher l’entier système de l’intérieur prônant la haine, organisant le crime avec sur le devant de la scène les Gentils, même si la plupart des papes ont du sang juif qui coule dans leurs veines puisque l’on sait qu’un mère juive équivaut à être 100 % juif puisque c’est elle qui, détenant le gène récessif, le transmet à sa progéniture.

N’oubliez jamais que les Juifs jouent des deux côtés à la fois et que lorsque le Christianisme se montre violemment opposé au Judaisme et prétend être son  ennemi, il n’en est rien. Ce n’est que du cinéma et une pure imposture.

Les multiples preuves sont écrites noir sur blanc dans la Bible où il n’y en a que pour les Juifs et Israel.

Comme je l’ai déjà expliqué, le but est de diviser sur tous les fronts, de monter les uns contre les autres dans tous les domaines afin que les goys ne soient jamais solidaires les uns des autres, jamais. Beaucoup se sont fait avoir par l’appât du gain mais au bout du compte et du combat, ils seront perdants.

Il y a toujours un Juif à l’origine de la naissance d’un nouveau concept, qu’il soit religieux, politique, idéologique ou autre. Le Juif utilise toujours très intelligemment les différences sincères de points de vue des Gentils qui sont tous différents par nature. Il l’intégre à sa stratégie et à partir de là, naît un nouveau mouvement, une nouvelle congrégation, une nouvelle institution. Souvent de nombreux Juifs se convertissent au nouveau bras armé qu’ils ont créé pour en surveiller l’évolution et les manoeuvrer de l’intérieur comme ce fut le cas pour le Cardinal Francis Spellman.

Pour preuve flagrante, il suffit de regarder la Bible ; presque chaque page comporte le mot Juif ou Israël, toujours dépeint de la manière la plus éclatante tandis que les Gentils sont avilis. La Bible, du début à la fin, est une histoire fictive du peuple juif, les patriarches, comme Abraham, un anagramme de Brahma (volé comme tout le reste). Abraham, patriarche de la race juive est un puissant message subliminal, anagramme de Brahma, issu de la caste dirigeante des grands prêtres de l’Inde, autrement dit les Juifs deviennent la caste dirigeante des nations, alors que les Gentils mènent leurs guerres et sont des moutons bons pour l’abattoir.

Références 

1- The Secret History of the Jesuits (Edition anglaise) – L’Histoire secrète des Jésuites par Edmond Paris

2- Vatican Assassins – Wounded in the House of My Friends  by Eric Jon Phelps

3 – ibid p 23

4 – ibid p 21

5 – ibid p 38

6 – ibid p 9

7 – ibid p 41

8 – ibid p 50 -51

9 – ibid p 56-57

10 – ibid p 62

11 – ibid p 68

 
 

Étiquettes : , , , , ,